Après l'élection d'Emmanuel Macron...

Un coup de gueule, envie de refaire le monde c'est ici qu'il faut l'écrire.
Répondre
Avatar du membre
Philippe Raybaudi
Messages : 249
Enregistré le : 08 sept. 2004, 13:09
Localisation : Puy-le-Haut
Contact :

Après l'élection d'Emmanuel Macron...

Message par Philippe Raybaudi » 09 mai 2017, 13:40

Je réagis à ce message (ci-dessous) reçu sur un des forums que je fréquente régulièrement :
"b. a écrit:
Et avec celui que vous avez élu, vous croyez que vous allez vous la couler douce ?
Allez ! au boulot les ex-retraités. On reprend du service au smig/2 jusqu'à 80 balais !"


Ma réponse :

Pour ma part, c'est mon lot quotidien depuis 25 ans que j'ai choisi de baisser (librement et volontairement) mon niveau de revenus : moins de travail lucratif pour plus de travail bénévole, social ou humanitaire ; donc je travaille toujours 70 à 80 heures par semaine mais seulement une petite vingtaine d'heures (parfois moins) pour payer mes factures. J'ai donc dû réduire drastiquement mon train de vie et au lieu de rouler en voitures neuves renouvelées presque chaque année (comme je l’ai fait entre 1979 et 1992), je me déplace dans un Toy presque trentenaire et une 4L de 35 ans d'âge accompagnés d’un pouvoir d'achat divisé par cinq.
A force de voir des déshérités et des contrées du monde pillées pour subvenir au train de vie de nos riches pays ex-coloniaux : j'ai commencé à entretenir mon ulcère à l'estomac... Les rapports de la Cour des comptes, la dilapidation de nos impôts, la RAM et le RSI ayant fini par avoir raison de mon élan (sans condition ni mesure) d'entrepreneur.

C'est un choix de vie tournée vers plus de partage et de relations humaines, centrées sur d'autres équilibres que ceux de l'engraissement personnel et «légèrement» décalés par rapport à l'hypnotisme provoqué par la société de consommation et du pouvoir que les puissants exercent sur les plus faibles. Je n'ai jamais eu de carte à aucun parti politique (votant aussi bien à droite qu'à gauche pour les idées et les hommes qui les portent) et je suis athée, ce qui ne m'empêche pas de participer à n'importe quel office avec intérêt, curiosité et respect ; j’ai même été (une fois sur 3) religieusement marié ; il semblerait que l’un n’empêche pas l’autre et cela n’a choqué personne de la belle famille.

Ce qui me touche profondément et me blesse parfois, c'est le sectarisme, le communautarisme et l'incapacité de certains à s'élever au-delà de leur propre condition. Rien ne change d'un coup de baguette magique ; on ne remet pas en cause 50 ans de dérives politiques et économiques en 5 ans. Il faut 2 à 3 générations pour commencer à voir le changement s'opérer.
En revanche, ce qui est sûr, c’est que la division ou la guerre civile ne sont pas des remèdes pour la relance économique, plus d’égalité et moins de violence.

J'ai probablement, comme la majorité d'entre nous, les mêmes emmerdes (de boulot, de famille ou de santé) que le commun des mortels ; mais nous sommes de passage et nous devons œuvrer pour ceux qui suivront et relever la tête au lieu de se regarder le nombril.

Personnellement, je serais heureux de travailler le plus longtemps possible et en fonction de la force et des neurones qui me resteront ; je fais en sorte de ne pas me retrouver à la rue si la maladie venait me surprendre, mais en réduisant ses propres besoins à l'essentiel et avec un petit jardin, quelques poules, des ruches et un peu d'astuce, de courage et de persévérance (tout en ayant la chance de vivre dans un beau pays, riche de ses diversités et de la paix que l'Europe a apporté jusqu'à présent), c’est un objectif modestement tenable même avec 750 euros de revenus mensuels… le reste de mon temps libre, je l’occupe à aider mon prochain et à gaspiller le moins possible pour ne pas à avoir à acheter ce que je ne jette pas ou que je revalorise (pour l'utiliser ou le troquer)

C'est dans l'espoir en l'avenir et la confiance aux jeunes qui porteront les responsabilités futures et c'est en acceptant la différence des opinions, des comportements et des objectifs individuels que l'on construit une société moderne et en paix avec elle où il fait bon vivre fraternellement.

Le repli sur soi ! Les ex-pays communistes l'on expérimenté avec le résultat que l'on a pu constater après seulement 40 années ; la Roumanie de 1989 (où j’ai vécu de 90 à 95) n’était pas belle à voir !
La mondialisation n’est pas qu’une question financière, de frontière, de fiscalité ou d’immigration ! on peut également la percevoir comme un espace où chacun est un citoyen d’un monde où il sera possible de circuler et de vivre n’importe où tout en acceptant des cultures différentes qu’il faut préserver autant que la diversité des espèces naturelles.

L’éducation et le transfert des connaissances sont les points essentiels et le terreau de moins de violence et de plus de respect des autres. La différence est une richesse ! C’est cela que je veux transmettre à mes enfants.
Quand je serais parti en poussière, la terre continuera de tourner et mes petites revendications personnelles seront bien vite dépassées, ignorées, oubliées… pendant que 9 milliards d’êtres humains seront bien obligés de trouver le juste équilibre ou contraints à disparaître comme les dinosaures.

Philippe Raybaudi
philippe.raybaudi@admr-haut-oisans.org
"La différence est un bien commun"
Philippe
"Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même"
Gandhi

Répondre