À la recherche des patois de l’Oisans

À LA RECHERCHE DES PATOIS DE L’OISANS

En 2010, après délibération du Conseil d’administration de l’association Coutumes et Traditions de l’Oisans, avec mon ami Gérard Dionnet, nous nous sommes proposés pour partir à la recherche des derniers patoisants de l’Oisans. 
Soutenus financièrement par la Comcom de l’Oisans, sous la tutelle de son représentant M. Pierre Gandit, Maire de La Garde, vice-président en charge des actions relatives au patrimoine historique, notre projet bénéficiait d’une enveloppe nous permettant d’investir dans un matériel vidéo itinérant adapté pour l’enregistrement des derniers patoisants du canton. (Il faut comprendre l’Oisans historique, soit 22 communes incluses, de Livet-Gavet à Villar d’Arène.) 
La tâche n’était pas simple, outre l’apprentissage d’un matériel numérique parfois capricieux, outre de la géométrie variable des lieux que nous investissions au gré des tournages… il nous fallait avant tout reprendre le bâton de berger de celui qui avait fait la trace 30 ans auparavant, M. André Dode, qui, avec les moyens techniques de son époque, avait abattu un travail considérable de collecte et de capture vidéo dans la Vallée du Vénéon.

Petit à petit le projet se structure, un groupe de fidèles se constitue autour du projet : 
André Dode de Venosc, Gilbert Orcel d’Huez, René Hostache d’Auris… 
Le 9 juillet 2011, Gilbert Orcel réunissait 14 personnes à l’Alpe-d’Huez pour notre premier vrai tournage. 
Ainsi, s’immortalisait sur la pellicule numérique, quelques mots des patois d’Huez, d’Auris et de Venosc. 
Au cours des années qui suivirent, plusieurs tournages eurent lieu, dans diverses communes d’Oisans. Parfois ils s’improvisaient chez le locuteur qui nous accueillait. 
Aujourd’hui la base constituée de nos enregistrements compte pas moins de 8 communes : Auris, Besse, Clavans, La Garde, Huez, Vaujany, Venosc, Villar-d’Arène, pour 28 locuteurs enregistrés sur 31 recensés.
Plus de 239 séquences de films (18 heures de tournage vidéo et 15 h d’enregistrement audio).
À ce travail de prise de vue s’ajoutent également 2 dictionnaires (Venosc et Huez), 4 référentiels de phrases et expressions en patois, diverses sources littéraires et linguistiques sur les villages de Mont-de-Lans, d’Huez, d’Auris… et d’autres textes sur le sujet spécifique à l’Oisans.

Avec beaucoup de cœur, d’énergie, l’association Coutumes et Traditions de l’Oisans a essayé et essaye encore de sauver ce patrimoine immatériel, cette langue, riche, belle et chantante encore accrochée à nos montagnes. 
Certains vous diront que c’est un dialecte, je dirais plus encore, le patois est une langue de techniciens de la terre. Une langue où chaque mot a un sens vrai, précis, réfléchi, utile, adapté, souvent imagé dans ce qu’il décrit, la micro toponymie reflète parfaitement cette facette utile du langage.
Autrement dit, le patois c’est l’anti novlangue du 21e siècle. 
Autrefois critiqué, dénigré ou moqué et souvent interdit, du patois de l’Oisans aujourd’hui, il ne reste quelques braises. Un souffle d’intérêt suffit à raviver la mémoire de ceux qui l’ont parlé, qui l’ont entendu, pour qu’ils se souviennent.

Le patois c’est l’enfance, les souvenirs, les saveurs d’un autre temps, c’est la main qui plonge dans un sac de blé, c’est la caresse d’un premier soleil de printemps, c’est l’odeur des foins et de l’étable, c’est le parfum du lait au goût de violettes…

Je vous invite à découvrir une toute petite partie de notre travail associatif. 
5 phrases répétées dans le patois de 8 villages de l’Oisans.
Contexte : presque tous les locuteurs interviewés ont recherché durant plusieurs jours dans leur mémoire les mots à traduire en patois. Seul deux, M. Pouyet de La Garde, et M. Genevois de Vaujany ont traduit en simultané la phrase du français au patois.
Le numéro en haut à gauche de la vidéo correspond à l’immatriculation figurant dans le catalogue du référentiel des 50 phrases types soumises à chaque locuteur. 
Quelques fois, un mot de la phrase du référentiel avait été oublié, la phrase traduite en patois comporte alors un vide.

Cette vidéo apporte peut-être une réponse à la question souvent posée : « d’un village à l’autre, le/les patois étaient différents, alors comment les habitants de l’Oisans faisaient-ils pour se comprendre. 
Ce montage vous apporte un début de réponse. À vous de vous faire un avis.

Pour terminer, je ne doute pas que nombre d’enfants du pays critiqueront la restitution du patois de leur village, qu’ils trouveront peut-être discutable, mal prononcé, voire, illégitime par le choix du locuteur lui-même. 
À ceux-là, je répondrais, vous aussi, vous pouvez souffler sur les braises du passé.

À partager sans modération !

Cliquez sur le player pour lancer la vidéo. 

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans PATOIS, RECHERCHES, TÉMOIGNAGE, VIDÉO, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.