Auris et le Tour de France

AURIS-EN-OISANS ET LE TOUR DE FRANCE
Ce texte a été rédigé le 29 août 2009, par Noël Gardent, Clavans-en-Haut-Oisans, neveu de Louis Gardent.
Document donné par Mme Simone Fortéa, née Gardent, Louis Gardent dont il est question était son grand-oncle, frère de son grand-père.

Le Tour de France n'est pas passé par Auris-en-Oisans, mais Auris-en-Oisans est passé par le Tour de France !

Au cours de l’été 1909, un jeune Aurienchon, Louis Gardent, né aux Prénards, pédalait sur les routes de France.
Parti le 5 juillet de Paris, il termine la « Grande Boucle » à Paris le 1er août ; participant ainsi au 7e Tour de France : 14 étapes, la plus longue étant de 424 km – une étape tous les deux jours -193 engagés – 156 partants – 55 coureurs à l’arrivée.
Louis, inscrit «  isolé » termine 40e, le vainqueur de ce 9e Tour étant François Fabert avec une moyenne de 28,638 km/h.
Nous pouvons applaudir la performance de Louis étant donné la qualité du vélo, l’état des routes, sa condition d’ouvrier.
"On peut naître à Auris, dans une maison accessible uniquement à pied ou à dos de mulet, avoir une enfance, une adolescence difficiles… et malgré tout participer à de grandes épreuves sportives."
Louis a participé à un autre Tour de France qu’il n’a pas terminé.

Le Tour de France en 1909 (wikipédia)

Louis Gardent
Louis est né le 18 août 1878 aux Prénards d’Auris en Oisans, cinquième d’une famille de 11 enfants (9 ont vécu).
Comme ses frères et sœurs, il allait à l’école l’hiver…
Au printemps, les garçons étaient « placés » pour garder les bêtes ou aider aux travaux des champs…
…On trouve plus tard Louis travaillant aux papeteries de Lancey. Là il utilise son « peu de loisirs » à s’entrainer sillonnant les routes pentues de la région avec ses copains…
« Achetant (comme c’était la coutume) un fagot au sommet de la côte de Laffrey, l’attachant à une corde à l’arrière de son vélo pour freiner dans la descente dangereuse, poussiéreuse à l’époque »…
…Part ensuite en région parisienne, il travaille dans l’imprimerie à Iran.
Par quelques lettres à écrites à ses frères, nous savons qu’il les conseillait, les aidait à trouver du travail, qu’il aidait particulièrement ses parents.
Nous connaissons trop peu la vie de ce garçon courageux, généreux, dynamique…
Une vie que nous comprenons bien remplie, mais malheureusement écourtée par son décès en 1917.
Louis mobilisé en 1914 comme quatre de ses frères est décédé aux armées « de maladie aggravée en service et d’affaiblissement général, le 10 décembre 1917, un an après son frère Marius tué aux Ardennes le 20 juin 1916.

Complément (contributeur antonyme, sources inconnues)
Cher(e) contributeur(trice) merci pour ce complément d'information posté après la rédaction de l'article, pouvez-vous m'indiquer la source ainsi que votre prénom et nom que je puisse vous attribuer nominativement ce complément. 

Il a participé au Tour 1907 dans l'équipe ALCYON 38° inscrit sur 109
1° étape 83/86
2° étape 72/80 à 11H38' 45"
3° étape 69/77 à 5H58' 42"
4° étape 62/73 à 4H35' 58"
5) étape (non classé ou non partant)

Il a participé aussi au Tour 1908
162 inscrits, mais seulement 115 partants
90 inscrit sur 162
Il abandonne dans la 8e étape après avoir franchi les premiers cols du Tour, le Ballon d'Alsace, la cote de Cerdon, le col de Porte, la cote de Laffrey et le col Bayard.
Il abandonne dans l'étape Nîmes Toulouse 303 km. (Précision d’un internaute : En réalité il n'abandonne pas mais suite à plusieurs crevaisons et une chute, il est éliminé à TOULOUSE, arrivé hors délais.)

Fiches militaires de Louis et Marius Gardent transmises par M. Bernard DODE et disponibles sur le site Memoire des hommes.
 

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans HISTOIRE, TÉMOIGNAGE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.