Colporteur N°13

L'HOMME VOLANT
10 septembre 2004

Vendredi 27, nous avons interrogé François Pinatel, entre deux vols et deux atterrissages sur le métier de parapentiste qui est le sien.

François devint parapentiste dans l’âme en 1985 grâce à des amis qui venaient de découvrir un nouveau sport :
le parachute de pente, qui deviendra plus tard le parapente.
Il obtient donc le Brevet d’état de parapente. 


On trouve les meilleures conditions pour voler avant ou après une dépression, lorsque l’air est instable, cela signifie que la pression atmosphérique est plus basse que la normale et que l’ensoleillement déclenche facilement des thermiques (air chaud qui monte en bulles ou en colonnes ascendantes).
François pratique le parapente essentiellement à la Grave et aux 2 Alpes, mais aussi en de nombreux endroits des Alpes.
Il vole toute l’année mais avec une nette prédominante le printemps et l’été.
Un vol de découverte biplace dure entre 15 et 45 mn selon le lieu et le dénivelé de ce lieu (il descend à 1m/sec. en moyenne) mais il pourrait rester en l’air parfois toute la journée.


Le fonctionnement :

Un parapente, c’est comme une aile d’avion, pour qu’il vole, il lui faut :
- une surface profilée
La portance est due au fait que les particules d’air vont plus vite sur le dessus de l’aile qu’au dessous (elles ont plus de chemin à parcourir au dessus).

- du poids pour donner de la vitesse à cette surface profilée.
- Une incidence de vol, c'est-à-dire que le profil de l’aile attaque l’air avec un certain angle.(04)
Les manœuvres
Les 2 commandes sont reliées chacune à l’arrière (bord de fuite) de la voile. La commande de droite abaisse le bord de fuite droit, celle de gauche abaisse le bord de fuite gauche. On freine ainsi une demi-aile ou l’autre pour tourner (une demi-aile va alors plus vite que l’autre), ou les deux pour freiner ou accélérer.

Un grand merci à David Le Guen pour ces magnifiques photos.
Lila et Malo.

Ce contenu a été publié dans REPORTAGE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.