Colporteur Religion

SaintJosephTROIS TABLEAUX DE PUY LE HAUT
Merci à Monsieur
René BOITEAU pour les explications d'interprétation des trois tableaux de la chapelle de Puy le Haut. 

Notre chapelle de Puy le Haut est donc dédiée à Notre Dame de Bon Secours, et à St Antoine.
Je ne vous présente pas la Sainte Vierge, elle a secouru les habitants de Puy le Haut qui l’ont invoqué lors de l’incendie en 1819. Par contre pourquoi donc St Antoine s’y ajoute-t-il ? Une première idée c’est que l’abbé Ougier vicaire d’Auris signe avec un prénom commençant par A donc peut-être Antoine. Une deuxième supposition c’est qu’on l’invoquait contre ce qu’on appelait « le feu ardent » aussi le rapprochement est-il possible avec l’incendie de la chaumière.

La vie de saint Antoine le Grand a été écrite par saint Athanase d’Alexandrie. Pour ne pas le confondre avec son homonyme de Padoue, on l’appelle aussi St Antoine l’Egyptien ou encore St Antoine au cochon.
On le représente toujours accompagné d’un cochon noir car il avait apprivoisé un sanglier qui était son plus fidèle compagnon.
Antoine est né en 251, en Egypte, dans une famille aisée d’agriculteurs chrétiens.
La lecture dans l’évangile de Matthieu de la page sur du jeune homme riche va transformer sa vie.
Antoine décide de tout quitter, il donne sa terre et ses biens, il part au désert, où il vivra dans la solitude jusqu’à l’âge de cent ans.
Ses reliques furent rapportées en Dauphiné par les croisés au XIe siècle dans l’abbaye Saint Antoine en Viennois.
On invoquait aussi St Antoine pour guérir certaines maladies comme la peste, et les maladies des animaux, les cochons mais ici au Freney les moutons et le bétail.

On ne s’étonnera donc pas qu’il soit présent à droite de la Vierge sur le tableau principal de la chapelle. Plus étonnant est de trouver St Joseph sur le même tableau, représenté avec les attributs habituel du charpentier. Mais tout simplement l’artiste de Bourg d’Oisans qui a signé au dos du tableau Joseph Arnaudet a voulu ajouter son propre saint patron.

SaintRochUn point commun avec le tableau de St Roch c’est la peste. St Roch est représenté en pèlerin montrant un bubon de peste sur son genou.
Egalement fils de riches, St Roch se retire au fond d’un bois pour ne pas transmettre sa maladie. Il est soigné par un ange. Chaque jour un chien lui apporte un pain dérobé sur la table d’un seigneur.

On peut donc penser par le culte de St Antoine et St Roch que des pestiférés aient trouvé au Moyen Age un refuge en s’isolant à Puy le Haut, tout comme des familles protestantes s’y sont installées au XVIIe siècle comme en témoigne la présence d’un cimetière protestant à la Croix de Trévoux.

Le troisième tableau représente Ste Philomène. Ce choix correspond à l’époque de la construction de la chapelle.

En 1802 dans le fouilles des catacombes du cimetière de Priscille à Rome on découve le tombeau de sainte Philomène, il contient les ossements d’une jeune fille de 13 à 15 ans daté de la fin du premier siècle. L’épitaphe gravée (pax tecum filumena) donne son nom FILUMENA (filia luminis = fille de lumière). Une palme indique qu’elle fut martyre et sont ajoutés les dessins d’une ancre et de trois flèches.

Sainte_PhilomeneEn 1805 Les reliques de Ste Philomène sont remises à Dom François jeune prêtre de Mugnano. Pendant le trajet de Rome à Mugnano se produisent des prodiges et des guérisons. Par exemple un paralytique se mit irrésistiblement à courir pour assister à la messe célébrée le jour de l’arrivée.
En 1823, la statue de sainte Philomène suinte une huile parfumée.
En 1835 les cendres de la sainte de multiplie : elles sont envoyées dans le monde entier sans diminuer dans le reliquaire de Mugnano (et nous en avons dans notre chapelle Bon Secours) .

Le 10 août 1835, Pauline Jaricot, une lyonnaise, se rend mourante à Mugnano et revient guérie, c’est ce qui décidera le Pape Grégoire XVI à autoriser le culte de sainte Philomène deux ans plus tard.

Le curé d’Ars Jean-Marie Vianney rencontre plusieurs fois Pauline Jaricot. Ste Philomène est comme il dit sa « chère petite sainte » et selon lui c’est elle qui produit à Ars de nombreux miracles. Jean-Marie Vianney affirme avoir eu plusieurs fois la vision de Ste Philomène avec la Vierge, et il assure sans y être jamais allé qu’il existe dans l’église de Ligny une peinture représentant parfaitement les traits de la sainte. Ce qui me frappe c’est que le visage de Ste Philomène sur le tableau de notre chapelle et celui de la statue dans l’église St Arey au Fréney se ressemble étrangement, je suppose parce qu’ils sont calqués sur le modèle de Ligny.

En 1961 la fête de sainte Philomène, vierge et martyre (11 août) sera rayée de tous les calendriers. Cela n’enlève rien à la sainteté de la Vierge martyre toujours invoquée à Mugnano.

Ces trois tableaux présentent un intérêt évident pour notre patrimoine frénichon. Il s’agit d’œuvres naïves commandées à un artiste de Bourg d’Oisans. Elles ont déjà 170 ans. Malgré l’extrême pauvreté des 22 familles de Puy le Haut, elles prouvent leur attachement à la religion située dans une époque. Par les nombreux symboles qu’elles contiennent, elles témoignent de l’histoire de notre hameau. Aussi l’association des Amis de Puy le Haut sera très reconnaissante à la municipalité et au Conseil Général d’aider à leur conservation par les travaux de restauration qu’elles nécessitent.

René Boiteau

Ce contenu a été publié dans COLPORTEUR, RELIGION, TEXTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.