Découverte macabre

DÉCOUVERTE MACABRE EN 1815 Merci à Maurice pour cette découverte exhumée, si j'ose dire, des archives départementales de l'Isère de la commune du Freney d'Oisans. Ce document vient d'une bande microfilm. Merci à Denis pour ses précieuses informations sur les noms de famille qui figurent sur ce document.

Mise à jour le 20-05-2010

M. Denis Veyrat, d'Auris-en-Oisans, nous a fait parvenir des informations très intéressantes sur les noms qui figurent sur le procès verbal. Il nous a semblé pertinent de les faire apparaitre par cette mise à jour de l'article. Merci à lui également pour ses corrections.

Je ne garantie pas la justesse de la retranscription, certains passages résistent aux nombreuses lectures. La vie d'une commune n'est pas toujours réjouissante. Ce matin du 30 septembre 1815 le premier magistrat de la commune du Freney d'Oisans va officier pour une vilaine besogne dont il se serait sans doute bien passé… Il est à noter que dans les Mémoires de Grégoire Anselme PERRIN de 1808, il est question d'un "Père Reymond", maire du village du Freney d'Oisans. Est-ce le même ? Acte de décès No5 extrait du registre de la commune de Freney d'Oisans - rédigé  le 30/9/1815 Le présent acte de décès après la lecture la actée faite M Garcin. (signature) J. Reymond
  • J. Reymond (Joseph, c’est le Maire, 1751-1828, époux de  Françoise Josserand, fils de feu Joseph et défunte Marie Charbonnel, c’est le père d’André, le secrétaire de mairie)
  • A. Reymond (André, c’est le secrétaire de Mairie 1787-1847 Epoux de Marie Ougier)
  • M. Garcin (Michel, fils du défunt    né en 1791, il se mariera en 1824 avec Marie DUPRE)
  • P. Fleur (Pierre, né en 1785 époux de Marianne ARLOT)
Verbal d'un cadavre trouvé mort L'an mil huit cent quinze et le trentième jour du mois de Septembre à huit heures du matin nous Joseph Reymond maire faisant les fonctions d'officier public de l'État civil de la commune du Freney Canton d'Oysant département de l'isère nous étant transporté après que nous avons été averty à l'endroit proche du pont du Freney ou nous avons reconnu qu'il y avoir un homme mort dans l'eau qui flotait de suite je lay fait retiré de l'eau pour le faire enterrer de suite ; il ne portait aucune marque il étoit tout dénaturé à le ce qu'on jugé quil y avoit longtemp quil était dans leau il lui manquait une moitié de bras et jambe ; quand au dit noyé on ne peut pas savoir ny même connaître aucune espèce de marque pour quil soit donné connaissance aux environs il étoit presque tout nu et tout infecté de pourriture les témoins sont Paul Fleur agé de soixante un ans Antoine Fleur son fils agé de trente ans de Etienne Pellorce agé de vingt neuf ans de André Reymond agé de Vingt huit ans et autres qui acteront le fait énoncé dessus tous cultivateurs domiciliés de cette commune vont signé avec nous le présent acte après que lecture leur eu a été faite le dit Antoine Fleur illitéré. Pour les signatures : A Reymond , M Garcin et J Reymond voir ci-dessus E. Pellorce (Etienne, 1786-1869, époux de Marie Françoise Berlioux) Paul Fleur (1752-1817, époux de Marguerite Faure) Jean-P. Pellorce (Jean-Pierre né en 1794 fils d’Etienne et Anne Dussert [Prénom illisible] Dupré
Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans HISTOIRE, TEXTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.