Du passé, faisons table rase !

plateau_deux_alpesDU PASSÉ, FAISONS TABLE RASE !
Ce texte n’engage que son auteur et rédacteur, Lionel Albertino, Président de l’Association Freneytique.

Ainsi en a décidé Monsieur le Maire de la commune de Venosc et son conseil municipal, en jugeant opportun de raser le Chalet Dussine, dernière bergerie séculaire située sur l’Alpe de Venosc, l’une des deux communes du plateau qui forme la station des 2 Alpes, en Isère.

Pourtant, les choses se présentaient plutôt bien pour cet ultime vestige d’un passé, qui est révolu, semble-t-il, aux yeux de certains. Une réhabilitation était programmée, la vieille bâtisse devait être réaménagée en bureau de vente de forfaits (aujourd’hui on dit ski-pass ou Keycards). Mais sans que l’on sache vraiment pourquoi, le conseil municipal et M. le Maire de Venosc, sans tambour ni trompette, ont décidé de raser tout simplement l’ultime témoignage vibrant de la vie de nos aïeux. Tout est programmé. Un jour de novembre 2013, au petit matin, une pelle mécanique va s’avancer vers cette maison centenaire, lever son bras armé de dents, et l’abattre dans la façade, provoquant une plaie béante, un percement d’où s’écoulera un flot de pierres, de terre, de poussière de pisé.
Du passé, faisons table rase ! Sans doute, des larmes, quelques larmes vont couler à cet instant, sur les joues des jeunes, des vieux, des anonymes, tout ceux qui seront témoins et conscients qu’à cet instant, l’histoire du plateau de l’Alpe de Venosc est partie définitivement en poussière, que plus rien n’existe pour rappeler qu’avant, ici, des hommes et des femmes, se sont accrochés à un lopin de terre pentu. Qu’ils se sont battus pour rester sur cette terre ingrate qui les entrainait inexorablement vers le bas, vers la vallée, vers la ville ! Chaque jour resté sur cette montagne était un jour de gagné, un jour pour un avenir meilleur, et puis…
... et puis l’or blanc est arrivé, récompensant les derniers survivants de ce combat contre la nature. Les paysans et paysannes sont devenus des hommes et des femmes d’affaires avisés. Des hôteliers, des commerçants, des moniteurs, des constructeurs de station de sports d’hiver. Dans cette effervescence, tout a explosé. À grand coup de bulldozer, de terrassement, le plateau a été réaménagé pour accueillir, toujours et encore, de plus en plus de touristes. Des architectes fous, ont empilé les étages, les styles, les bâtiments. Eux aussi, ils ont rasé, défoncé, écrasé les traces du passé. À cette époque, pas de choix, pas de conscience, pas de regret. Mais au milieu de ce cloaque architectural, une petite bergerie d’alpage a résisté, vaille que vaille, fièrement elle se dresse encore au milieu du béton désarmant qui l’encercle, la domine et l’étouffe. Allez la voir, non loin du nouveau télésiège du Diable. Allez la prendre en photo, la toucher, la caresser, ressentir une dernière fois les vibrations de ces murs de pierres. Car bientôt, des souvenirs, c’est tout ce qui vous restera de ce lien venu du passé, entre présent et avenir. Monsieur le Maire et le Conseil Municipal de Venosc ont décidé pour nous que ce vestige n’avait pas de valeur, pas de place dans notre patrimoine, pas de place dans notre présent, il est inutile pour le futur de nos enfants.
Du passé, faisons table rase !
Sommes-nous condamnés à devenir les archéologues de nos grands-parents ? Il semble qu’aujourd'hui, sur la commune de Venosc, la réponse est oui !

N’est-il pas possible de trouver une solution pour éviter que ce dernier témoignage ne passe pas le cap d’une fin de mandat, d’une décision irréversible ? Dans quelques mois, nous n’aurons sans doute plus le choix. Il faudra ouvrir un vieux livre, sortir l’album photo couvert de poussière, pour montrer ce qu’était la vie d’avant ou plonger dans nos souvenirs teintés du regrets de ne rien avoir fait quand il était encore temps.

Une chance, une ultime chance existe. Agissons dès aujourd’hui, ensemble, en refusant de laisser faire l’irréparable, l’irréversible destruction. Signons la pétition en ligne qui s’oppose à cette décision qui effacera définitivement de la carte la dernière bergerie de l’Alpe de Venosc.

Protection de la plus vieille bergerie des 2 Alpes

N’hésitez pas à envoyer et à diffuser cette démarche autour de vous.

Lionel Albertino, Président de l’Association Freneytique.

 

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans ARCHITECTURE, HISTOIRE, TÉMOIGNAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.