Guide touristique de 1902

GUIDE DU SYNDICAT D'INITIATIVE DE GRENOBLE DAUPHINÉ
Édition 1902

Ce petit texte détaillé est tout droit sorti d'un guide touristique édité en 1902 par le Syndicat d'initiative de Grenoble.
Quelques informations intéressantes comme le prix des billets, les durées et horaires de parcours ainsi que les descriptifs sur les curiosités et industries qui jalonnent la route nationale de l'Oisans en ce début de XXe siècle.
L'orthotypographie du texte original est conservée.

Bonne lecture.

OISANS -BRIANÇONNAIS
CHEMIN DE FER DE BRIANÇON A GRENOBLE

(Voir à la fin du Guide les circulaires relatifs à ce massif).

SERVICES DE VOITURES
Le Bourg-d’Oisans à Briançon et vice versa

  • Par le Lautaret (alt. 2,075 mèt.).
    Dép. du Bourg-d’Oisans : matin, 8 h.; soir, 12 h. 30.
    – Durée du trajet : 9 h. 1/4.
    (1er service, 1 heure d’arrêt à La Grave; 2e service, sans arrêt).
    Prix: 12 fr.
    Dép. de Briançon :
    matin, 5 h. et 9 h. 15.
    – Durée du trajet : 8 h. 1/2.
    – (1er service, 1 heure d’arrêt au Lautaret; 2e service, 1/2 heure d’arrêt au Monêtier).
    Prix: 12 fr.
  • Le Bourg-d’Oisans à Saint-Christophe (La Bérarde), et vice versa (Du 15 juillet au 15 septembre).
    Dép. de Bourg-d’Oisans : matin, 8 h.
    – Durée: 4 h .
    Prix: 5 fr .
    Dép, de St-Christophe: soir, 3 h.
    – Durée: 3 h.
    Prix: 5 fr.
  • Le Lautaret à Saint-Michel-de-Maurienne et vice versa
    par le Galibier (aIt. 2,658 mèt:) (Du 1er juillet au 30 ,septembre) .
    Dép, de Saint-Michel : matin, 9 h. 30 (1 h. arrêt à Valloire).
    – Durée du trajet: 8 h. 3/4
    Prix: 12 fr. ,
    Dép. du Lautaret : matin, 11 h.
    – Durée : 6 h.
    Prix. :’ 12 fr.

De Grenoble à Briançon par le Bourg-d’Oisans
En quittant Grenoble, la voie ferrée P.-L.-M. passe au Pont-de-Craix (voir Environs de Grenoble) et à Jarrie-Vizille. A cette gare, on quitte la ligne P.-L.-M. pour prendre le tramway sur route de la Société des Voies ferrées du Dauphiné.
On remonte la Romanche en traversant un défilé ouvert entre des montagnes boisées, et l’on arrive à Vizille, à 3 kil. de la gare, petite ville de 4,000 habitants, où aboutit la ligne de tramways venant de Grenoble par Uriage (voir Environs de Grenoble).
En sortant de Vizille la route traverse le Péage (fabriques de soieries et de papiers) et Séchilienne (beau château),  point de départ de l’ascension du Taillefer (2,861 mèt.). Au delà de ce point, la vallée se resserre pour former la gorge de Livet.
On passe au village des Clavaux et à Rioupéroux (très importante papeterie) ; puis, franchissant un grand amas de roches éboulées en blocs immenses, on atteint le village de Livet situé au pied du Grand-Galbert (2,565 mèt.). On traverse le torrent de Voudène, on passe près de la belle cascade du Bâton, et l’on arrive au hameau des Sables, d’où se détache à gauche une route allant dans la vallée d’Allemont (C’est d’Allemont que se font les ascensions des Grandes-Rousses (3,473 mèt.) du massif de Belledonne et de ses trois pics (2.983, mèt.),  de la Grande-Lance d’Allemont (2.834 mèt.), des Sept-Laux (2.200 mèt.)). ,
«Après les Sables, la route tourne brusquement vers le Sud, pour se diriger en ligne droite sur le Bourg-d’Oisans. Du village de la Paute, qu’on traverse d’abord, se détache à droite une route des servie par un service de voitures qui conduit, par le col d’Ornon, à Valbonnais et à La Mure (voir la Notice de La Mure).
On arrive enfin au Bourg-d’Oisans, point terminus du tramway centre important de séjour et centre d’excursions. (Hôtels très confortables). Un service de voitures conduit à Saint-Christophe, centre d’ascensions, par Bourg-d’Aru (sans d dans le texte) et le plan du Lac. De Saint-Christophe un chemin muletier conduit jusqu’à La Bérarde, hameau situé à 1,738 mèt.,  au centre même du massif, chalet hôtel de 1er ordre, construit par la S. T. D., centre d’ascensions
Bourg-d’Oisans est relié à «.Briançon par un service de cars alpins (deux services par jour pendant la belle saison). A 500 ·mèt. du Bourg-d’Oisans, la route traverse la Romanche et remonte vers le Sud la rive droite du torrent que l’on franchit à nouveau sur le pont Saint-Guillerme. On s’engage alors dans la gorge du Freney en gravissant la rampe des Commères ; on traverse plusieurs tunnels dont le plus important la galerie de l’Infernet à 180 mètres de longueur et domine la Romanche à une grande hauteur.
A 12 kil. du Bourg-d’Oisans, on arrive au village du Freney (943 mèt.), après lequel pénètre dans l’étroit et sauvage défilé de la Combe de Malaval ; à remarquer, à droite, la belle cascade de la Pisse, tombant d’une hauteur de 2oo mètres. On franchi la limite des départements dé l’Isère et des Hautes-Alpes et l’on atteint bientôt le bourg de La Grave,  centre de séjour et d’ascensions, après avoir traversé le hameau des Balmes (mines de plomb abandonneées) et celui des Fréaux, près duquel on remarque une belle cascade de 80 mèt. de hauteur, appelée Saut de la Pucelle.
En quittant La Grave, on traverse deux tunnels longs de 280 et 600 mèt., pour atteindre le Villard-d’Arène, à 1,651 mèt. d’alt.
De là, une heure et demie suffit, pour arriver au Lautaret, à 2,075 mèt. d’alt., où se trouve un nouveau chalet-hôtel élevé à côté de l’hospice, et offrant tout le confort désirable aux nombreux touristes qui parcourent cette région. Ce grand et élégant chalet permet un séjour des plus agréables aux familles désireuses d’y faire une cure d’air.
Après avoir franchi le col du Lautaret, la route descend rapidement dans la vallée de la Guisanne, en traversant plusieurs tunnels destinés à l’abriter contre les avalanches. On remarque à droite le glacier du Casset et, au-dessus, le pic des Agneaux (3,660 mèt.),  enfin on atteint Monêtier-les-Bains, bourg de 2,068 habitants, où se trouve un établissement de bains alimenté par une sôurce d’eaux sulfatés calcaires. Quinze kilomètres plus loin on arrive à Briançon, point terminus du P.-L.-M.

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans TEXTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.