La Poste en Oisans

LA POSTE EN OISANS
Extrait Oisans, recherches historiques par Louis Cortes (PP. 125-126).

Au Moyen Âge, le transport des lettres et paquets était très peu important et n'intéressait guère que l'Administration ; il a été longtemps fait à cheval par des courriers spéciaux.
Certains corps, comme l'Université de Paris par exemple, avaient des courriers particuliers spéciaux qui, périodiquement, apportaient aux familles des nouvelles des « escholiers », et réciproquement.

Au début du XVIIe siècle, les nécessités de la vie rendent ces organisations
insuffisantes, et il devient indispensable d'établir de nouveaux services.
On crée alors des postes à pied, en 1606. Sur la route de Grenoble en Italie, nous trouvons 15 postes : Grenoble, Vizille, Livet et Gavet, Bourg-d'Oisans, Mont-de-Lans, Loche, La Grave, Le Lautaret, Le Monestier, Briançon, etc. De mains en mains, les lettres étaient ainsi transmises. La solde des maîtres de poste était de 92 livres 10 sols. Le 15 octobre 1636, le bureau de Mont-de-Lans est donné à Jean Vinotier, du Villard-d'Arène. Le bureau de La Grave fut concédé, le 1er mai 1628, à Nicolas Didier. Celui de Livet fut donné, le 18 octobre 1648, à Aymar Livet, sur la démission de Philibert Morel.
Très rapidement, dès la deuxième moitié du XVIIe siècle, un service complet et régulier a été organisé sur les grandes routes ; il assure non seulement le transport des lettres, mais aussi celui des voyageurs et de leurs bagages. (Un règlement de 1623 prescrit la gratuité pour les colis appartenant aux voyageurs, lorsque le poids ne dépasse pas 6 livres. Au-dessus de ce poids, le droit à percevoir sera de 6 deniers par livre supplémentaire.)

La poste est vraiment organisée par l'ordonnance de 1643, prescrivant d’établir des messagers et courriers dans toutes les villes et bourgs en étant dépourvus. Bourg-d'Oisans saisit l'occasion avec empressement ; sur les 28 bureaux que comptait le Dauphiné en 1789, il se plaçait parmi les plus anciens. Semblable bureau existait à La Grave.
Établi à la fin du XVII siècle, sur les instances du châtelain Hugues Jeune, le bureau du Bourg dessert régulièrement toutes les régions de France, d'après l'horaire suivant :

Pour Grenoble, la Provence, Paris, le Languedoc :
Bourg-d’Oisans.
– Arrivée des courriers, dimanche et jeudi à 11 heures du matin.
– Départ des courriers, dimanche à 7h du matin. Mercredi à 11 heures du matin.

La Grave.
Arrivée des courriers, dimanche et jeudi soir.
Départ des courriers, dimanche et mercredi de grand matin.

Pour Briançon et l’Italie :
Bourg-d’Oisans.
– Arrivée des courriers, dimanche à 7 heures du matin,
mercredi à 11 h du matin.
– Départ des courriers, dimanche et jeudi à midi.

La Grave.
– Arrivée des courriers, mardi et samedi soir.
– Départ des courriers, lundi et vendredi matin.

Grenoble.
Arrivée à Grenoble de Bourg-d’Oisans : dimanche et jeudi à 7h du soir.
Départ de Grenoble pour Bourg-d’Oisans : mercredi et samedi à 3h de l’après midi.

Illustration d’article : Carte « Tableau Géographique des Gaules ou Description generalle de la grandeur et estandüe du Royaume de France, sur laquelle est tracée la routte ou guide des chemins et postes pour aller de la ville de Paris… », par Jean Boisseau, édité en 1645. Source Gallica.

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans ARCHIVES, HISTOIRE, LIVRE, ROUTE, TEXTE, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.