Barrage du Chambon II

LE CHAMBON, DOSSIER TECHNIQUE

Les autres liens pour le Barrage du Chambon : Dossier historiqueDiaporamaDiaporama HydrelecMaintenance du barrage en 1960

Dossier fournit par le musée Hydrelec :
Musée EDF Hydrelec, Le Verney, 38114 VAUJANY
Tél : 0 476 807 800 / fax : 0 959 714 089

Centrale de Saint-Guillerme II

Département : Isère (38)
France
Cours d’eau : La Romanche
Altitude : 1044 m
Capacité : 50 millions de m2
Exploitant : Energie Alpes

Barrage du Chambon

Salle de machines
Barrage Machine
Salle de commande
Commande

Données hydrologiques :
Bassin versant : 254 km²
Débit moyen naturel : 11,2 m3/s
Débit maximum turbinable :45 m3/s
Caractéristiques générales :
Mise en service : 1983
Catégorie : Usine de lac
Régime : Concession
Puissance : 130 MW
Hauteur de la chute : 293 m
Coefficient énergétique : 0,653 KWh/m3
Productibilité moyenne annuelle : 210 GWh

Historique :
Barrage et lac du Chambon

L’usine de Saint-Guillerme a été construite et mise en service en 1929. Le barrage du Chambon, barrage de type poids en béton, fut construit en 1935 par la Société de Régularisation des Forces Motrices de la Romanche. Deux ans plus tard, l’usine du Chambon est mise en service. A partir de ce moment, le barrage du Chambon alimente l’usine du Chambon et celle de Saint-Guillerme. En 1983, la nouvelle centrale de Saint-Guillerme II est mise en service provoquant l’arrêt des usines du Chambon et de Saint-Guillerme. Seuls le barrage du Chambon, d’une capacité de 50,8 millions de m3 d’eau, et la centrale de Saint-Guillerme II sont en activité à l’heure actuelle.

[PHOTOS]

Lorsque le barrage est vide, la Romanche retrouve son cours originel sous l’ancien pont

Les 315 000 tonnes de béton constituant l’édifice couvent une curieuse maladie résultant d’une réaction interne due à la mauvaise qualité du béton. Celui-ci est constitué de graviers et de sable. A l’époque, les normes qualitatives des matériaux étaient moins rigoureuses. Dès 1958, des fissures et déformations irréversibles dues au gonflement apparaissent. Des travaux d’étanchéité permettant d’isoler le béton du contact direct de l’eau ont été réalisés et continuent de l’être à l’aide de techniques de pointe combinant des « micro-saignées ».

Equipement : La galerie en charge, à faible pente, descendante, assure la liaison entre la prise d’eau, implantée dans un massif rocheux en rive gauche du barrage, et la conduite forcée. Cette galerie a un longueur totale de 5 900 mètres. La cheminée d’équilibre est du type à étranglement avec diaphragme et comporte deux chambres d’expansion basse et haute. La conduite forcée a un diamètre de 2,70 mètres pour une longueur de 354,50 mètres. L’usine souterraine est équipée de deux groupes Francis verticaux d’une puissance unitaire de 58 MW. L’évacuation de l’eau se fait par deux galeries de fuite souterraines de 122 et 127 mètres.

Plans :


Coupe transversale

Survol Vue en plan


Membrane d’étanchéité

Ce contenu a été publié dans BARRAGE DU CHAMBON, HISTOIRE, PHOTO, TEXTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.