Les archives de Monsieur André

LES ARCHIVES DE MONSIEUR ANDRÉ

Monsieur André Glaudas aime l’Oisans, sa terre natale.
Il est passionné de généalogie et d’histoire, ce qui lui permet de contextualiser la vie des hommes, des femmes et les faits qui les rattachent dans la considération de l’époque et non avec une vision contemporaine tout droit sortie du 21e siècle, un regard et une analyse anachronique, ce qui serait une grave erreur.

Un jour, M. André m’a dit : « Venez à la maison, j’ai quelque chose à vous montrer. »

Le « quelque chose » en question était une grosse caisse en bois compartimentée contenant des milliers de fiches sur le Dauphiné et plus particulièrement l’Oisans et ses villages. Des fiches patiemment annotées d’une belle écriture parfaitement lisible, sans une rature. La plupart des fiches étaient enrichies d’articles de presse, de photographies, d’arbres généalogiques, de références croisées, de transcriptions, de sources citées, de références bibliographiques avec auteurs et numéro de page… Un trésor !

Quand je demande à M. André depuis quand il archive ses documents, il me dit qu’il est impossible de répondre, au début c’était un article, puis deux, puis des notes, puis la nécessité de classer tout cela pour pouvoir s’y retrouver.
Puis il me dit : «  je vais vous montrer quelque chose… », il ouvre une porte de placard et en ressort un grand cahier allongé dont la couverture jaunie rehausse une belle calligraphie réalisée à la plume qui laisse apparaître un seul mot «Oisans».
André poursuit : «C’est un devoir d’histoire que j’ai réalisé durant ma dernière année d’école au Bourg-d’Oisans, avant de partir pour Vizille… Je devais avoir 12 ou 13 ans… L’Oisans c’est ma terre, ça a toujours était important pour moi !»

Monsieur André Glaudas vient de fêter ses 80 printemps, depuis ses plus jeunes années, il archive, il classe, il note, il rédige, il découpe, il colle… sur des feuilles A4 perforées à petits carreaux. Son trésor !

Oui, mais voilà, Monsieur André a un problème. Il se demande ce qu’il va advenir de ses archives qui deviennent de plus en plus encombrantes ? Comme il me l’a dit : « Il serait dommage de perdre tout ce travail ! »
Je pense que oui, effectivement, il serait dommage de perdre tout ce travail.
J’ai demandé une semaine de réflexion à Monsieur Glaudas, histoire de mettre en place un projet solide, afin de ne pas perdre ses archives et également pouvoir échafauder un plan qui permettrait le partage de ce trésor avec le plus grand nombre.

Après quelques mois de réflexion, de tests et de mise en place, je suis en mesure de vous présenter le projet participatif et contributif pour la création du fonds d’archives André Glaudas.

Il me semble important, avant toutes choses, de vous donner quelques informations sur les documents et les contraintes qui y sont liées.

Tout d’abord, la paternité du fonds d’archives après numérisation demeure l’œuvre de M. André Glaudas. Ces documents sont ouverts et accessibles avec son autorisation.

Analyse des documents.
Le classement des documents est réalisé par période, XIVe, XVe, XVIe, etc.
Chaque période est divisée par année, pour le XIVe :1300, 1301, 1302, etc.
Chaque année est constituée par un groupe de fiches, de nombre variable qui correspond à la quantité d’informations accumulées sur l’année : 1300 = 1 recto de feuille ; 1302 = un recto verso de feuille (2 pages) ; 1349 = 30 rectos-versos de feuille (70 pages)
Les fiches pour la plupart sont constituées de plusieurs éléments distincts :
- des annotations et transcriptions manuscrites ;
- des articles de presse scotchés ou collés ;
- des photos, des tableaux dessinés, etc.
L’assemblage des articles de presse peut apparaître sous diverses formes :
- un article simple (sur le recto) collé intégralement à la fiche ;
- des articles doubles (sur le recto-verso) collé ou scotché partiellement sur l’un de ses côtés ce qui permet de lire sur ses deux faces.
- des articles multiples (plusieurs documents assemblés et superposés ou empilés recto ou recto-verso), montés de telle manière qu’ils masquent par chevauchement les documents sous l’empilement. Le seul moyen de lire ses articles est de soulever les épaisseurs de papier une par une, pour accéder au texte sur le verso de la feuille soulevée, ou celle sur la feuille masquée qui est située en dessous.
Ces assemblages sous forme de mini-cahiers sont très problématiques dans le projet de numérisation, car ils impliquent la numérisation feuille à feuille, recto, puis verso de chaque document et article qui le compose.
Enfin l’orientation des documents peut être, « à la Française » (Portrait), ou à l’Italienne (Paysage), ou les deux sur le même recto. Ainsi un texte principal sera rédigé dans le sens vertical, l’annotation pourra être dans le sens horizontal de la fiche. Il est aussi possible de voir des annotations dans des sens inverses, comme si les textes avaient fait une rotation de 180°.
Si cette méthode d'annotation et de montage ne pose pas de problème pour un document que l’on manipule avec les mains, cela devient très problématique pour un document qui s’affiche à l’écran.

Les archives étant précieuses pour André, je me suis interdit toutes manipulations ou opérations visant à nuire à leur intégrité dans le but de faciliter mon travail de numérisation. J’ai donc assimilé cette contrainte supplémentaire au cahier des charges et en conclusion de mon étude.

Pour que le projet profite à tous, je devais trouver une solution autorisant la consultation et la participation, une solution multiplateforme et gratuite pour Mac, PC, Linux (prochainement tablette et Smarth Phone).

Fort de cette analyse, j’ai donc cherché un procédé qui permettrait une numérisation et une indexation pour tous les documents, quelles que soient leurs configurations afin de constituer une base de données efficace dans sa consultation en s’affranchissant du type de document recherché, textes manuscrits compris.

Afin de pérenniser le projet, la base constituée comportera 3 sauvegardes sur serveurs internes, 2 sauvegardes déportées sur disque dur externe et 1 sauvegarde en ligne.

Le projet se veut collaboratif et se déroulera en 5 phases.

Phase 1 : numérisation des documents soit environ un an de travail pour cette seule étape (200 PPP et couleur RVB, sans compression JPG).

Phase 2 : immatriculation externe de chaque archive qui permet de replacer le document dans sa chronologie historique tout en permettant de les retrouver si besoin dans le classement choisi initialement par André.

Phase 3 : immatriculation interne de chaque archive qui permettra l’indexation de l’intégralité du document.

Phase 4 : indexation par mots clés, noms des villages, des personnages, des dates, etc.

Phase 5 : indexation par catégories, PERSONNAGE, COMMUNE, CONFLIT, etc.

Je dispose d’un matériel adapté pour la numérisation et les immatriculations internes et externes, et je vais donc assurer les phases 1, 2 et 3.

Pour les étapes 4 et 5, je présenterai aux contributeurs aux projets, vers le mois de septembre 2012, des vidéos expliquant les méthodes et les règles d’indexation à appliquer aux archives.
Comme ce projet se veut participatif, dans un premier temps, seules les personnes qui se joindront au groupe de travail disposeront d’un code pour accéder à la base sans aucune limite de consultation.

Le projet est ouvert à tous ceux qui souhaitent donner un peu de leur temps. Aucune compétence informatique n’est nécessaire.
Si vous êtes intéressé, qu’il est envisageable de disposer de quelques minutes par mois pour aider à concevoir cette base unique, alors je vous invite à remplir le formulaire ci-dessous et ainsi devenir contributeur de cette nouvelle aventure.

Le projet de la création du fonds d’archives André Glaudas accompagnera un certain temps la vie du site et de l'association. Peut-être un, deux, trois ans… qui sait. Au regard du travail accompli par André, ces quelques années semblent tellement dérisoires. Nous avons l’occasion rare de profiter du travail d’une vie d’archivage sans autre contrepartie que de nous rassembler autour d’un projet stimulant et intéressant et d’y consacrer un peu de notre temps et ainsi continuer une œuvre commencée il y a de nombreuses années par un homme qui aime son pays, l’Oisans.

Votre prénom (obligatoire)

Votre Email (obligatoire)

Votre configuration materiel (Mac, PC, Linux, Windows 7, vista, etc.)

Avant d'envoyer votre formulaire d'inscription, recopiez le code ci-dessous dans le champ. (obligatoire)
captcha

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans ARCHIVES, ASSOCIATION, TEXTE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.