Lettre de 1830, les origines de la Chapelle de Puy-le-Haut.

LETTRE 1830, LES ORIGINES DE LA CHAPELLE DE PUY-LE-HAUT.
lettre de M. Ougier vicaire d’Auris à Mgr l’évêque de Grenoble, le 17 mars 1830

Merci à Monsieur René BOITEAU qui nous a transmis ce document qui est à l'origine de la construction de la chapelle de Puy le Haut. 

"Les habitans du Puis d’en haut, hameau de la parroisse du Freney composé de vingt deux familles, vous supplient humblement de leur accorder la permission de batir et construire une chapelle dans leur vilage en l’honneur et sous le vocable de Sainte Vierge (et) de Saint Antoine. Ils en ont pris la résolution depuis 1819 le 28 septembre qu’une incendie se manifesta dans l’intérieur d’une chaumière au milieu du vilage a onze heures du matin et tous les habitans étoient au travail , j’aperçus le premier l’incendie, sans secours et sans eau, qui au grand étonnement avec peu de personnes on vint metriser le feu et il ni eut que la chaumière de brulé au milieu du vilage couvert de chaume qui auroit bientôt été la proie des flammes. Pour remercier le Seigneur d’une faveur si grande et s’acquiter de leur promesse, y faire leurs prières en commun, les dimanches, le temps d’Avent et de Carême, étant éloignés de trois quart d’heure de l’église et mauvais chemain,. Les infirmes et ceux qui gardent les enfans y auroient les dimanches et fêtes y feroient leurs prières de la messe et dans le temps paschal donner la communion, a ceux qui ne peuvent pas se rendre à l’église.

Voilla les motifs qu’ils soumetoient à votre grandeur, pour la supplier de leur accorder la permission de bénir l’emplacement et la pierre de fondation. Celui que vous déléguez, Monsieur

l’archipretre étant beaucoup eloigné et occupé ne pourroit peut-etre pas s’y rendre dans ce temps ou il a beaucoup d’autres occupations.
Ils ont trois cent francs de disponibles pour les frais de construction.
Les ouvriers du vilage sont en état de le faire même proprement ils se chargent de le faire gratuitement, ils la feront vouté ou en lambri selon que votre grandeur le jugera convenable pour la gloire de Dieu et l’honneur de la Sainte Vierge et de St Antoine.

Voici la grandeur qu’ils se proposent de lui donner, de vingt deux pieds de longueur et douze à quatorze de largeur avec l’hauteur proportioné et couverte en ardoises non compris les murs. Ils promettent de l’entretenir le plus décament, tant eux que leurs descendans ; qu’il leur sera possible, ils vous supplient de leur accorder les dimanches ou fêtes non solannelles après avoir attendu les offices, pour quelque courvée ou il faut un grand nombre de personne comme pour le transport des bois ou autre chose semblable, ils ont un grand désir de la faire avant la moisson.

Monseigneur si vous accordez à ces braves et bons habitans du pui la permission qu’ils vous demande, votre grandeur les obligera infinement ainsi que celui (qui) a l’honneur de vous offrir ses humbles respects et d’être votre très humble et obéissant serviteur"

A. Ougier V. d’Auris

Ce contenu a été publié dans COLPORTEUR, RELIGION, TEXTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.