L’excursion de la Bérarde avec les auto-cars Ricou

Cliquez-moi !

Affiche des Autocars ou Auto-cars RICOU de Grenoble. Source : Forumclub citroen-ac4.fr

L’EXCURSION DE LA BÉRARDE AVEC LES AUTO-CARS RICOU
Publicité/reportage diffusée dans différents journaux dauphinois durant l’année 1922.

Graphie du document original conservée.

Nos circuits automobiles à tarifs réduits
Tous les jours, avec les auto-cars RICOU
Les plus confortables, les mieux suspendus.
Grenoble-Lautaret-Briançon

Prix du voyage aller : 20 francs
Départ de Grenoble : 8 heures matin
Départ Briançon : 13 h. 1/2

La Bérarde (Massif du Pelvoux)
Prix de l’excursion : 35 francs
Départ : 7 heures (jeudi et dimanche)

S’inscrire dans nos bureaux de 8 heures à midi et de 14 heures à 19 heures.

L’excursion de la Bérarde
L’été dernier, l’administration des Ponts et Chaussées ouvrait à la circulation automobile, le dernier tronçon de la route du Bourg-d’Oisans à la Bérarde, route pittoresque entre toutes, par sa situation en plein cœur des montagnes du haut Dauphiné et par son tracé hardi.

Du Bourg-d’Oisans à Pont-St-Guillerme, on emprunte la route nationale de Grenoble à Briançon par le Lautaret, route que l’on laisse à gauche pour remonter le Vénéon. On s’engage dans une étroite vallée au fond de laquelle, le Vénéon roule ses eaux claires ; on longe la rive gauche du torrent, au pied des escarpements Pied Mouttet, (2.344). Tout au fond on aperçoit la tête de la Muraillette (3020), d’accès facile. À droite se dresse le Grand Rochail, et la route entre bientôt dans une véritable oasis de verdure, au milieu des hauts sommets où se trouvent les villages de Venosc, et de Bourg-d’Arud, au pied de la Muzelle (3.459), dont le glacier brille au soleil. Là, la route franchit le Vénéon et remonte la rive droite, au flanc de l’immense clapier de St-Christophe, formidable amas de rochers descendus de la cime du Soreiller (2.232).
Après une montée très rude, on arrive au Plan du Lac, la vallée s’élargit, la route Franchit à nouveau le torrent et monte en pente régulière vers Saint-Christophe-en-Oisans. La tête des Fétoules et son glacier semblent barrer la vallée. Le village est l’aiguille de l’Enchatra sont à droite. La vue est réellement admirable et a été reproduite avec une fidélité remarquable par l’abbé Guétal (dans son tableau, le Plan du Lac, musée de Vienne).

Cliquez-moi !

Le Plan du Lac en Oisans, par l’Abbé Guétal, Gravure fin XIXe, source BNF/Gallica.


Le petit village de Saint-Christophe-en-Oisans est gentiment situé entre deux contreforts de l’Aiguille du Plat de la Selle, dans un cirque grandiose, dominé par la tête du Lauranoure (3.341). De là, la vallée du Vénéon ne communique plus avec les vallées voisines, que par les cols très élevés et d’accès difficile. La route après Saint-Christophe serpente au milieu de maigres cultures et de bosquets de frênes et de bouleaux. On laisse à droite la magnifique Cascade de la Mariande, juste avant le hameau de Champhorent. La route oblique à gauche, à l’entrée de la Lavey, où se trouve la cascade du même nom, puis après avoir traversé un tunnel creusé dans le roc, la route longe le Vénéon qu’elle surplombe. Ce passage a été très abîmé cette année par les avalanches. Depuis quelques semaines, la circulation ne peut se faire que grâce à un tunnel creusé dans la neige, sur une longueur de 30 mètres. On atteint bientôt le petit village des Étages, dont l’aspect pittoresque a séduit plus d’un peintre. Tout au fond de la vallée, les Cornes de Pie Bérarde, dominées par la masse sombre des Écrins dont on ne peut apercevoir que le sommet.

Cliquez-moi !

Publicité des Auto-Cars Ricou, La Bérarde. Achive internet source indéterminée.


On distingue nettement les premières maisons de la Bérarde, que l’on atteint après avoir franchi le torrent des Étançons, situé à l’entrée de la vallée Étançons et de la Pilatte, la Bérarde est un cerne touristique de premier ordre, point de départ de toutes les grandes excursions : La Meije (3.987), les Écrins (4.103), les Rouies (3.634), le Plaret, le Pic Coolidge, etc… son accès facilité par la nouvelle route ne peut qu’être favorable au développement touristique de cette région merveilleuse, digne rivale des centres alpins de Suisse, qu’elle ne tardera pas à concurrencer victorieusement.

FATOU.

N.B. – les petits auto-cars Ricou assure cette excursion en toute sécurité, on peut retenir ses places au « Petit Dauphinois » Prix de l’excursion : 35 francs.

Cliquez-moi !

Route de la Bérarde, début du XXe siècle, Photo : Martinotto Frère, Source Musée Dauphinois.

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans REPORTAGE, ROUTE, TÉMOIGNAGE, TEXTE, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.