Oratoires et Saint-Patrons du Freney-d’Oisans

ORATOIRES ET SAINTS-PATRONS DU FRENEY-D’OISANS
Cet été, dans la salle du Syndicat d’Initiative du Freney-d’Oisans, était présentée une exposition sur le thème des chapelles, oratoires et saints patrons de notre village.

– Voici le sixième module qui poursuit la série des oratoires du village.
– La Galerie de photos des Chapelles et Oratoires de l’Oisans
– La lecture du livre « les Sanctuaires de l’Oisans » permet de faire apparaître quelques tendances et statistiques sur le petit patrimoine religieux du Canton. 

Les Croix du Freney-d’Oisans - l’église Saint-Arey -  Les Oratoires, leurs origines -  Statistiques - Oratoire Sainte-Marie

SAINT FRANÇOIS (D’ASSISE) lieu dit La Combe :
Saint protecteur de tous les êtres vivants, hommes, animaux et plantes. Né en 1181 et mort le 3 octobre 1226, il est le fondateur de l’ordre des Frères Mineurs. Sa vie fut ponctuée par de nombreux miracles, nous citerons celui du Loup qui terrorisait et dévorait les hommes, femmes, enfants et les animaux de la ville de Gubbio. Saint François partit à la rencontre du terrible animal. Il proposa au loup de ne plus faire le mal, et d’accepter de vivre en harmonie avec les habitants et les animaux de la ville. Le loup accepta, et vécut jusqu’à sa mort en parfaite entente avec le village de Gubbio. L’iconographie de ce saint fait souvent référence à cette scène.

SA REPRÉSENTATION :
Un jeune moine vêtu d’une simple robe de bure, dans une main, il porte la sainte Croix, parfois dans l’autre, deux colombes, assis à ses pieds le loup (de Gubbio) et aussi quelque fois un agneau.
Le loup peut prendre une position de salut, d’attente ou tendre sa patte en direction du saint.

SAINT PATRON ET INVOCATION :
Protecteur des animaux, des écologistes depuis 1979 (par le Pape Jean-Paul II), des Louveteaux (scoutisme).
Il est aussi invoqué pour protéger les animaux, et les êtres vivants, contre la pauvreté et naturellement, il préservait de la peste… (Le pape François a décidé de prendre ce nom en référence à Saint-François-d’Assise.)

DICTONS :
À la Saint-François, vient le premier froid.

FÊTE :
Le 4 octobre.

EXTRAIT D’UNE PRIÈRE À ST FRANÇOIS :
« Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné… »


SAINT SERVAN* (Serviatus, Servanus, Servant, Servans, Servais, Gervais…) Puy le Bas, chemin du Perier.
Ce saint très énigmatique sous son vocable « Saint Servant (Servan) » choisi par le village du Freney-d’Oisans. Saint Servan serait l’une des nombreuses désignations de saint Servais (ou Gervais), dernier des trois Saints de Glaces (il arrive chronologiquement après saint Pancrace [11 mai] et saint Mamert [12 mai]).

Servan trouve ses origines en Bretagne. Mais sa dénomination la plus ancienne le fait apparaître sous le nom de Serviatus, évêque de Tongre (ville située en Belgique), entre 300 et 384.
C’est un saint protecteur et guérisseur des animaux avec une spécialité toute particulière pour les troupeaux qu’il préserve de la maladie (la fièvre aphteuse). Après sa mort, saint Servan aurait eu la miraculeuse faculté de ne jamais voir la neige recouvrir son caveau. Faut-il y voir ici un signe, quant au choix, par la communauté des Puy du Freney-d’Oisans, d’un saint si « exotique » ?

REPRÉSENTATION :
C’est un Évêque (de la ville de Tongre en Belgique), barbu, d’un âge incertain, mais avancé, du fait de sa fonction. Il porte les habits épiscopaux, il est coiffé d’une mitre, de la main gauche il tient la crosse épiscopale, de l’autre, il fait un signe de bénédiction tourné vers la foule, parfois il tient une clé d’or ou d’argent. Une bête, non identifiée est à ses pieds (dragon ou démon ?).

SAINT PATRON ET INVOCATION :
Pour les hommes, il est notamment invoqué contre les rhumatismes, les fièvres, on peut aussi faire appel à lui pour le bon succès de son entreprise.
Pour le bétail, il est invoqué pour préserver les troupeaux de la fièvre aphteuse.

DICTON :
Les saints Servais, Pancrace et Mamert, à eux trois, un petit hiver.
Avant Saint-Servais, point d’été ; après Saint-Servais, plus de gelée.

FÊTE :
Le 13 mai

NEUVAINE AU SAINTS DE GLACES :
Saints Mamert, Pancrace et Gervais (Servais), préservez-nous des tempêtes et des cyclones, épargnez nos êtres et maisons des catastrophes naturelles !

*Nota : Il existe un autre Saint Servan, qui évangélisa les côtes de l’Écosse au VIIe siècle, et qui ressuscita un cochon, mais rien ne le rattache à notre région.


SAINT MARTIN (de Tour) Puy-le-Haut, chemin entre Puy-le-Bas et Puy-le-Haut.
Aussi appelé le 13e apôtre (Saint-Martin des pauvres) :
C’est un saint guérisseur.
Né en 316 de parents païens, il sera enrôlé de force dans l’armée par son général de père alors qu’il montre quelques signes d’intéressement à la foi chrétienne. Il est humble et juste, toujours en quête spirituelle. Alors qu’il se trouve aux portes de la ville d’Amiens, il croise un miséreux transit de froid, pour le réchauffer, il coupe la moitié de sa cape pour le couvrir. Durant la nuit, le miséreux qui n’est autre que Jésus, le remercie pour cette demi-cape dont il l’a recouvert. Il quitte l’armée après 25 années, poursuit sa quête de spiritualité qui le mènera à fonder le premier monastère en Gaule, puis, sous la pression des chrétiens de Tours à devenir leur évêque. Il évangélisera jusqu’à sa mort en 397, et saura imposer face au paganisme, et à l’iconographie païenne la parole de Dieu.
Selon le récit qui accompagne l’histoire de saint-Martin, il aurait eu un pouvoir de guérison tel, qu’il aurait ressuscité les morts, ce qui est exceptionnel pour un saint thaumaturge.

REPRÉSENTATION :
Saint Martin de Tour peut être représenté assis sur son cheval (mais aussi debout), au moment où il coupe sa cape par la moitié pour en faire don au mendiant. Il peut être aussi représenté en évêque avec les attributs communs à cette charge.

Nota : Ne cherchez pas une telle représentation dans l’oratoire Saint-Martin. La statuette visible dans la niche représente un moine encapuchonné, visage barbu, en robe de bure, avec une bête (un chien ou un loup) à ses pieds, l’animal est soumis, il donne la patte. Cette représentation ne correspond pas au canon catholique de saint Martin.
Si l’on recherche dans la liste des saints Martin, seul, saint Martin de Porres, pourrait se rapprocher de la représentation qui se trouve dans la niche, mais de nombreuses incohérences apparaissent immédiatement : saint Martin de Porres a le visage glabre, il est noir de peau, et il est originaire d’Amérique du Sud, enfin, il fut canonisé en 1962.
Si l’on se base sur la liste exhaustive des saints et saintes à qui l’on attribue un compagnon canin, on constate que Saint-Martin n’y figure pas. Tous les saints concernés sont soit des évêques, ou alors des moines avec un visage imberbe, seuls saint Roch et saint François-d’Assise échappent à cette description, car ils sont barbus. Une enquête de voisinage laisse supposer que la statue mise en place dans l’oratoire Saint-Martin serait celle initialement prévue pour l’oratoire Saint-Roch qui n’a pas été reconstruit, mais remplacé par une croix en bois.

SAINT PATRON ET INVOCATION :
Commissaires, policiers, maréchaux-ferrants, mendiants, soldats.
Il est invoqué pour les rhumatismes. Saint-Martin est l’une des dénominations les plus répandues dans les villes françaises.

DICTONS :
La température du jour de la Saint-Martin doit être celle de l’hiver.
À la Saint-Martin, la neige est en chemin.
L’été de la Saint-Martin.

FÊTE :
le 11 novembre

EXTRAIT D’UNE PRIÈRE À ST MARTIN :
« Catéchumène, tu donnas au mendiant la moitié de ton manteau, aide-nous à partager avec nos frères.
À travers champs et bois, tu as défié le démon et détruit ses idoles, prends-nous en ta garde et protège-nous du mal. »

Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans EXPOSITION, RELIGION, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.