Une menace spéciale au Freney-d’Oisans !

UNE MENACE SPÉCIALE AU FRENEY-D’OISANS !
Par René Boiteau

Les frênes sont attaqués par un champignon. On observe d’abord le dépérissement du houppier : les bouts de branchettes sans feuilles portent des petites touffes d’éperons marron.

La chalarose du frêne (prononcer «kalarose») est apparue en 1990 en Pologne puis elle s’est répandue dans les pays du nord de l’Europe. En 2008 on signale la maladie en Haute-Saône. Le Nord et l’Est de la France sont atteints et voilà que l’épidémie apparaît en 2016 dans notre village du Freney, bien nommé à cause de la quantité de frênes qui embellissent aujourd'hui son paysage. La chalarose ne semble se propager que sur les frênes mâles possédant des fruits secs appelés samares, mais un même arbre peut changer de sexe d’une année à l’autre. Les parasites invasifs se développent sur les feuilles tombées au sol et lors des transports. Bloquant la sève, ces champignons pathogènes attaquent le collet, à la jonction des racines et du tronc, qui devient un cône pointe en bas et provoque la chute de l’arbre lors d’une tornade. Aucun traitement n’a été trouvé.

Il est donc déconseillé de procéder à des plantations de frênes. Il est absolument recommandé d’abattre les arbres avant qu’ils soient atteints à 50% de leur feuillage. En effet les branches atteintes deviennent très cassantes et donc dangereuses par temps d’ouragan ou chargées de neige. Les propriétaires surveilleront particulièrement ceux situés près des maisons, des trottoirs, des sentiers ou des routes. Il est risqué d’y grimper. 5 forêts du Nord-Pas-de-Calais sont interdites à cause de la chalarose. La propagation sera rapide : en moins de 5 ans, un arbre atteint devient un squelette menaçant. L'impact de ce fléau sur notre panorama pourrait être considérable.


Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans ANNONCE, NEWS, TÉMOIGNAGE, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.