Visite pastorale 1410 -partie 2

CouvertureChisseVISITE PASTORALE EN 1410 -PARTIE 2  Cette retranscription s’appuie sur l’important travail de recherche et de classement réalisé par M. André Glaudas. Cliquer sur le lien pour découvrir la visite de 1339 (en cours de correction avec quelques notes de M. Denis Veyrat) Ce deuxième volet sur la visite de 1410 compte 3 parties. Première partie de la visite pastorale de 1410  (cliquez sur le lien). Deuxième partie de la visite pastorale de 1410  (cliquez sur le lien). Troisième partie de la visite pastorale de 1410  (cliquez sur le lien). Bien plus complète, elle compte aussi plus de détails, elle s’arrête aussi sur les relations existantes entre évêque, curé, et paroissiens. Traduit du latin par l’abbé Pierre Meyer du texte initial publié en 1874 par l’abbé Ulysse Chevalier (1841-1923). VISITE PASTORALE DE MGR AIMON I DE CHISSÉ   AURIS EN OISANS Visite pastorale de Mont Seigneur Aymon I de Chissé, 2 juin 1410 (Lundi) (Venant de Brandes) le même jour (Dimanche) Le dis Guigue (Oleri, chapelain, délégué par l’êvèque pour visiter plusieurs églises de l’Oisans) visita l'église paroissiale d’Auris, don est curé Jean Reymond ; il la trouva convenablement construite en l'honneur de saint Julien dont elle contient des reliques avec celles de la bienheureuse Marie et de saint Jean-Baptiste. Il trouva aussi le Corps du Christ, le Saint-Chrème des malades, les fonds baptismaux et tout le nécessaire pour administrer les sacrements et célébrer la messe tenue de façon bonne et satisfaisante. Le curé déclare que ses paroissiens se conduisent bien vis-à-vis de l'église comme de bons et fidèles chrétiens ; De leur côté, Guillaume Chatain, Guigues Fabre, Aymon Juven, Jean Fabre et Jean Becton affirment que leur curé se comporte bien pour le soin des âmes et le service divin. Dans cette paroisse on compte environ 60 feux (soit environ 285 habitants). (Départ de l’Êvèque pour Mont de Lans)

MONT DE LANS Le 2 et 3 juin 1410 (Venant du prieuré de La Garde) Le lundi 2 juin, le seigneur évêque partit au matin vers Lans ; descendant dans la vallée de la Romanche et remonta à Lans où il arriva à l'heure du repas de midi. Il fut logé dans la maison curiale du lieu est accueilli respectueusement par messire Humbert Brun, chapelain et curé de cet église pour la visite. Il trouva le cimetière profané par la tombe de messire Guillaume Reymond, dernier curé du lieu et excommunié. Cette situation fut la raison pour laquelle le seigneur évêque ne pu accomplir sa mission de visite ce jour-là ; mais il s'enquit de la faute qui avait entraîné la profanation du cimetière et il pourvu à la manière de le réconcilier ; il consacra sa journée à ce qu'on vient de dire, et confia la visite de l'église du Freney à messire Guigues Olleri chapelain. (Visite du délégué au Freney d’Oisans) Le mardi 3 juin, ayant fait exhumer le corps de Guillaume Reymond, autrefois curé de Lans, et l'ayant fait déposer hors du cimetière par quelques hommes qui avait été présent à sa sépulture, le seigneur évêque lui donna l'absolution ainsi qu'à tous les coupables, puis réconcilia le cimetière et ordonna que le corps de cet ancien curé y soit de nouveau enseveli ce qui fut fait par le curé actuel. Le seigneur évêque fit alors la procession dans le cimetière, et ensuite le sermon pour instruire le peuple en présence d'une grande foule de cette paroisse ainsi que des paroisses du Freney, d’Auris, et de Mizoën. Puis il consacra l’autel majeur de cet église, car il avait été déplacé est endommagé par la chute de la voûte du coeur. Ceci fait, et la messe solennelle célébrée, le seigneur évêque donna la confirmation à environ 400 personnes des paroisses mentionnées ci-dessus. Après quoi, ce fut la visite de cette église paroissiale de Lans établi en l'honneur de la bienheureuse vierge Marie. Le curé actuel on est messire Humbert Brun, du diocèse de Lyon, récemment institué par le seigneur évêque. Celui-ci trouva l'église, son clocher et ses autres dépendances bien et correctement construites et en bon état; Elle est muni des ornements et autres objets nécessaires aux cultes ainsi que des livres, sauf le responsoriale qui est de médiocre valeur ; mais il n'y a aucun crucifix. Le curé assure bien et correctement son service et les paroissiens se conduisent bien envers l'église. Cette enquête sur la vie et le gouvernement du curé fut mené auprès de Lantelme Odon, Pierre Clapperi, Étienne Albergie, Lantelme Pelortie, et plusieurs autres membres de la paroisse qui témoignèrent que le curé mène une vie honnête, qu'il restaure et relève bien la maison et les constructions de l'église et se conduit bien au spirituel comme au temporel. Il y a dans cette église une chapelle en l'honneur de la bienheureuse vierge Marie, fondé par feu messire Pierre Clapperi chapelain, doté en propriété et en argent aux mains de marchands, tenue actuellement par Pierre de Chissé par donation du seigneur évêque qui la confère sans présentation. La paroisse compte 120 feux (environ 570 habitants) ou à peu près ; elle est du patronage du Prévost d’Oulx qui perçoit la moitié est un neuvième des dîmes, le reste étant au prieur de Saint-Robert. Le seigneur évêque prit ensuite le repas de midi. (départ pour Mizoën)

LE FRENEY D’OISANS 2 juin 1410 (étant à Mont de Lans, le lundi 2 juin) Le seigneur évêque confia la visite de l’église du Freney à messire  Guigues Olleri son chapelain. Messire Guigues, chapelain et délégué, En vertu de la commission et du mandat qui lui avait été donnée, visita, ce lundi 2 juin, l'église du Freney, fondée en l'honneur de saint Arey dont les reliques avec celles de Saint-Blaise sont pieusement conservées ici. Le curé de cet église est Guigues Michel. (Le visiteur) trouva l'église construite de façon quelconque; le clocher rompu a été récemment bâti. La custode (La custode : en usage dés le XIIIe siècle, désigne d'une façon générale toute enveloppe de gainerie. Nombreuses significations dans la langue liturgique. Elle désigne ici le ciboire) du corps du christ, celle du Saint-Chrème et de l’huile des malades, les fonds baptismaux sont bien entretenus ; le luminaire est bon, l’autel en temps bon état, correctement muni de nappes et des ornements sacerdotaux ; les livres sont vieux et de médiocres valeurs. Les paroissiens se conduisent bien à l'égard de l'église et le service est bien assurée par le curé, aux dires de Ponset Reymond, de Pierre Serreti, et d'autres paroissiens. Les membres de cette paroisse furent confirmer à Mont-de-Lans (le lendemain) La paroisse compte environ 30 feux (soit environ 140 habitants)

MIZOËN (Venant de Mont-de-Lans le mardi 3 juin) et se dirigeant vers Besse, le seigneur évêque, ce même jour fit la visite de l'église paroissiale de Mizoën, dont le curé est Charles Oliveri. L'église établie en l'honneur de saint Christophe dont les reliques sont ici avec celles de plusieurs autres saints. L'évêque la trouva, étant donné la pauvreté de la paroisse, convenablement construite, dépourvue de livre, ornement et autres objets nécessaires. Il y a ici environ 50 feux (soit environ 240 habitants) Y compris ceux de Paris (faut-il entendre par là les habitants demeurant au plateau d’Emparis). Jean Vincent, Humbert fils d’Humbert, Jean Dujardin, alias Pascalis, Pierre Humbert et plusieurs autres membres de la paroisse interrogés pour savoir s'il y a quelques défauts dans le service divin et le soin des âmes déclarèrent que non. Environ 60 personnes reçurent la confirmation. (départ pour Clavans)

CLAVANS 3 juin 1410 (venant de Mizoën) ce même jour (mardi) le seigneur évêque visita l’église paroissiale de Clavans, fondée en l'honneur de Saint Didier et Martin, dont est curé messire Pierre Eymars. Il trouva l’église avec le mobilier et tout le nécessaire pour le service divin ; Elle est bien arrangée selon les possibilités de la paroisse et la situation de ce lieu ; À part la voûte qui est un peu découverte, tout est en bon état. Pierre Pellissier, Didier Giroud, Pierre Goraudi, Michel Pellissier, et plusieurs autres paroissiens furent interrogés sur la vie et l'honorabilité du curé, pour savoir s'il assure bien et dévotement  son service et sur d'autres points touchant la visite : le rapport fut favorable. Cette paroisse compte environ 45 feux (environ 220 habitants). Les confirmés furent environ 20. Le prieur de La Garde perçoit ici les décimes. Ensuite l’évêque partit coucher à Besse.

BESSE 

4 juin à 1410 (Venant de Clavans) le mercredi 4 juin le seigneur évêque, venu coucher à Besse, se trouva au matin dans l'église de Besse fondée en l'honneur de Saint-André, et là, la messe célébrée, la procession et le sermon fait selon la coutume, il confirma, tant le soir précédent que ce mercredi, environ 1000 personnes tant de Besse que de Clavans et de Mizoën. Ensuite il visita cette église de Besse dont Jean Jaylli est curé ; ayant ensuite fait son travail avec le soin voulu et l'enquête auprès des paroissiens achevée, il ne releva aucun défaut, ni au spirituel, ni au temporel sinon que la voûte du chœur de cette église menace ruine de sorte qu'il est dangereux d’y célébrer et qu'elle a besoin de réparations promptes et très onéreuses : les paroissiens disent que c'est au prieur de La Garde qui perçoit les dimes de cette paroisse de les faire exécuter. Dans cette paroisse on compte environ 7 × 20 feux (environ 665 habitants). Ensuite, le repas de midi prit, le seigneur évêque avançant plus haut par la montagne du Rif Tort et passant par cette montagne et sur le plateau s'en alla coucher aux Hières ; là,  il fut accueilli dans la maison du curé où il dîna avec sa suite.

À suivre…
Processing your request, Please wait....
Ce contenu a été publié dans RELIGION, TÉMOIGNAGE, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.