Colporteur N°04

UNE PASSION : LES CADRAN SOLAIRES
Le 24 juillet 2004

Le 23 juillet 2004, M. Rignon Maurice nous a reçu dans sa maison à Puy le Haut pour nous parler de sa passion des cadrans solaires qui a débuté il y a 19 ans. Amoureux de ces objets datant de 6000 ans, il en fabrique dans des matériaux différents. 

Passion ou métier ?
Pour M. Rignon c’est une grande passion. Mais pour d’autres, cela peut être un métier, celui de gnomoniste qui vient du latin gnomon qui signifie : cadran solaire primitif constitué d’une simple tige dont l’ombre se projette sur une surface plane. Les anciens (ex : les bergers) plantaient un bâton dans le sol pour connaître l’heure.

Leurs utilités :
Leur utilité première est, vous vous en doutez, de pouvoir nous donner l’heure. Il nous aide aussi à se repérer dans le temps, à remettre les montres à l’heure mais, à une époque, (la renaissance) son côté artistique était plus prisé que son utilité première, il devenait une œuvre d’art.

Leur fonctionnement :

Les cadrans solaires fonctionnent à un emplacement précis. Il leur faut du soleil bien sûr mais leur aiguille doit être perpendiculaire à l’équateur. Tout ceci se fait avec quelques calculs assez complexes afin de déterminer les tracés qui serviront à lire l’heure. Les cadrans marchent avec le soleil mais il existe néanmoins des cadrans lunaires.

Nous remercions M. Rignon de toutes ses explications et nous vous invitons à aller voir celui qui se trouve sur la façade de sa maison à Puy le Haut

Lila, Malo, Aline, Lucie

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, une erreur ou si vous souhaitez ajouter une précision,
veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur les touches [Ctrl] + [Entrée] .

Ce contenu a été publié dans REPORTAGE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.