En souvenir de notre amie Andrée Sagnes

Cliquez-moiEN SOUVENIR DE NOTRE AMIE ANDRÉE SAGNES
Texte de Mmes Brigitte MONET et Catherine GONON

Bonjour à tous, et j’allais ajouter Bonjour Dédée …

Mais ne vous y trompez pas, ce lapsus est loin d’être innocent, car si nous sommes tous rassemblés aujourd’hui autour de la mémoire d’Andrée Sagnes, c’est bien la preuve qu’elle est encore un peu parmi nous, alors finalement pourquoi ne pas nous dire bonjour ?! …
Mais même quand tu es encore dans nos esprits, comme maintenant, je vais te le dire franchement Dédée, tu nous manques, et le mot est faible.
En effet, nous aurions encore besoin aujourd’hui de l’exemple de ta détermination, de ta puissance de caractère, de ta façon bien à toi de trouver un chemin là où les embûches s’accumulent, rendant le but difficile à atteindre. De ta force de travail aussi, de ton sens de ce qui est juste … toutes ces qualités qui ont immiscé dans les esprits l’image d’une femme droite dans ses bottes, d’une femme qui ne renonce pas, d’une femme qui a compris que c’est en donnant qu’elle recevra.
Une figure locale, Dédée, le recul permet maintenant de t’affubler de ce vocable, je dirais même de ce compliment. Dit autrement, une de ces personnes que l’on est heureux d’avoir côtoyées, une de ces âmes dont la générosité laisse le sentiment d’avoir élevé celle des autres… Ils sont précieux ces amis d’une telle trempe, ces parents, ces voisins que l’on trouve dans nos montagnes et dans nos vallées, car leur exemple rend la vie un peu moins difficile, et surtout ils lui donnent un peu plus de sens.
Je te rassure Dédée, nous ne sommes pas aujourd’hui réunis tels des parents dans la peine, car ton exemple nous a aidé depuis six mois à passer l’obstacle. C’est donc une belle joie qui t’entoure pour cette messe, toi la croyante et la pratiquante, même s’il nous serre tout de même un peu le cœur.
Ton souvenir nous nourrit, que ce soit la randonneuse que rien n’arrête, la choriste dans les travées ou dans le chœur, la femme dans la splendeur de l’âge, conseillère municipale si attentive, l’assidue à la vie associative de sa vallée, en particulier pour l’ADMR, la frêle silhouette aux cheveux blancs qui s’obstine à apprendre l’informatique, l’enthousiasme discret mais toujours avide de nouvelles aventures, une vie de labeur rimant avec un ouvrage remis cent fois sur le métier …
Certes, l’objectivité oblige à faire allusion à la liste de tes petits défauts, car ils existent aussi, même si nous les avons tous oubliés … mais l’exercice de ce jour impose de ne garder que le meilleur, et du meilleur il y en a eu, et depuis si longtemps. Merci Dédée de nous en avoir fait cadeau, à notre tour nous voulons t’offrir le cadeau de ne pas t’oublier.
Avec toute notre affection.

SSIAD Dédée, je sais que tu es partie.
Je ne sais pas si tes sœurs ou ta famille ou tes amis récupéreront ta messagerie …
Il était important que je puisse te remercier de ton amitié, de ta gentillesse, de ta présence…

Notre complicité à la chorale ne s’effacera pas ! Tu étais toujours là pour me sauver quand je ne trouvais pas mes partitions ! Et nous sourions chaque fois que toutes mes partitions se retrouvaient à terre parce que mal rangées .
Je souris Dédée à ces moments partagés, à tes coups de gueule quand qui tu sais se faisait remarquer sans besoin, à tes chansonnettes lors de nos repas …
Et puis tu m’as donné toutes tes partitions pour être certaine que je n’en manquerai plus ….
Et puis il y a eu le SSIAD, et là encore ta gentillesse , ta disponibilité m’avaient touchée.
Je t’avais encore plus découverte quand nous allions toutes les deux porter les cadeaux de Noël aux patients. Toujours un petit mot pour faire rayonner les plus tristes.
Et puis nos soirées à Grenoble chez moi , les veilles de formation ( avec ton pot de miel clavanchon )
Merci Dédée de m’avoir appris tout cela.
Et puis ces derniers temps nos échanges un peu plus personnels …
Tu sais, tu es et resteras un exemple pour moi.
Tu m’as fait voir qu’on pouvait rester fière jusqu’au bout, se débrouiller seule, sans jamais oublier les autres. Tout en restant soi, fidèle à ses idées.
Belle leçon de vie.
Je te souhaite bon voyage Dédée, bien sûr tu vas me manquer mais heureusement tu resteras vivante tant que je pourrai penser à toi.
Merciiiii
Catherine

Ce contenu a été publié dans ANNONCE, ASSOCIATION, TÉMOIGNAGE, TEXTE, VILLAGE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.